couv43189547

Résumé

La journée de l'inspecteur Grant Foster commence mal : le cadavre d'un homme, que son assassin a amputé des deux mains avant de le poignarder, vient d'être découvert, abandonné dans un cimetière de l'ouest londonien. Le corps semble être tombé du ciel.
Lors de l'autopsie, Grant Foster relève, taillée au couteau dans la peau de la victime, une inscription énigmatique.
Le seul talent d'enquêteur de Foster ne suffira pas à venir à bout de ce mystère. L'indice laissé par le tueur va l'obliger à faire appel à Nigel Barnes, un généalogiste professionnel.
Alors que, peu de temps après, un deuxième corps est identifié, ils vont se retrouver plongés dans les bas-fonds du Londres victorien de la fin du XIXe siècle et parcourir les méandres obscurs d'une affaire criminelle survenue en 1879 et qui semble liée aux meurtres.
Une course contre la montre s'engage : le psychopathe semble suivre un schéma qui, selon Nigel Barnes, va conduire à d'autres exécutions. Foster sait qu'il n'a que peu de temps avant que le tueur n'arrive au bout de son parcours sanglant et ne disparaisse à jamais.

 

**************

 

Impressions

 Un peu partie dans ma phase "Thrillers" depuis un moment, je me suis penchée sur ce premier opus qui m'a attiré par son résumé assez original. (il n'aura pas dormi longtemps dans ma PAL). 

Il faut dire que la généalogie est un moyen d'enquête qu'on rencontre assez sporadiquement dans les intrigues. Remonter rapidement la lignée de quelqu'un pour trouver un lien, un indice, un personnage précis, oui. Mais en faire la pierre angulaire de tout un roman, c'était assez osé. Pour ma part, le pari me semble bien réussi, même si ce premier tome souffre de petits bémols qui m'ont empêchés de faire de cette lecture un coup de coeur. 

En effet, je n'ai pas du tout accroché au personnage principal, l'inspecteur Foster. Assez grognon, il aurait pu avoir du charme sans les propos mysogynes et un peu radicaux qu'il sort au fil du récit. Son passé aurait pu me toucher, mais le personnage n'est pas assez fouillé psychologiquement pour que je m'y attache. Ce qui n'a pas été le cas pour Barnes, qui m'a laissé une meilleure impression. Celle d'un homme un peu dépassé par les évènements, sorte de professeur étourdi et décalé, doté de bonnes intuitions. Barnes est attachant à sa manière, doué pour nous présenter la généalogie de manière assez claire. 

Si la généalogie est une manière très originale pour le fil de l'intrigue, je dois dire que j'ai été un peu déçue du dénouement, que je trouve tiré par les cheveux. Les réponses aux questions que le lecteur se pose sont présentes, mais le fond du problème ne m'a pas plu. Néanmoins, il soulève des réflexions très intéressantes, comme l'efficacité de l'appareil judiciaire lors des siècles précédents, les présomptions d'innocences pas encore en vigueur, la vindict populaire prompt à se faire une opinion ... Je salue également l'intense travail de l'auteur pour nous livrer un roman de qualité qui sait jongler entre le passé et le présent sans faire perdre au lecteur le fil du récit. 

Finalement, je pense que c'est un livre à tenter, car il nous ouvre d'autres perspectives concernant les thrillers. Malgré quelques longueurs et des descriptions un peu ennuyeuses, je ressors satisfaite de ma lecture, et lirais sans doute le second tome (en espérant trouver Foster un peu plus sympathique).

 

NDLR : (En revanche, je ne sais pas ce que mon cerveau a trafiqué, mais j'étais persuadée en ouvrant le livre que l'histoire se passait au XIXème siècle ... même s'il y a quelques allusions, non non c'est bien maintenant que ça se passe. Du coup j'ai été un peu déroutée quand j'ai vu des téléphones portables arriver en plein milieu de l'enquête ^^)