Il y a un an (à peine), si on me parlait de catch, je répondais "Les bonhommes en slip bodybuildés ?" 

Oui, pour moi ça se résumait à ça. Pauvre naïve. A ma décharge, j'étais plus concentrée sur le concours et le petit nuage d'amour et d'eau fraiche qui traversait ma vie que sur des mecs torse nu et en slip kangourou (Bo Dallas, tu ferais hurler Cristina Cordula). Bon, je suis toujours sur mon petit nuage ... mais j'ai eu un déclic. 

Chéri regardait de temps en temps les matchs, et quand je passais, je jettais un coup d'oeil distrait. Au fur et à mesure, je suis restée plus longtemps devant la télé. En général avec mon ordinateur et mes révisions, en ne suivant absolument rien des matchs. C'était plus pour profiter de la présence de Chéri qu'autre chose. 

Petit à petit, j'ai levé le nez de mes bouquins. Et j'ai commencé à poser des questions : "C'est qui le mec en slip blanc?" ; "Pourquoi ils éteignent les lumières lorsque ce mec rentre?" "Pourquoi il y a un mec avec une énorme étoile peinte sur le visage?". A mes yeux, ça se résumait à deux hommes se battant dans un ring et un des deux gagnait. 

Mais au final, en continuant à jeter un oeil de temps en temps, j'ai vu les subtilités de ce spectacle. Déjà, j'ai compris (mais j'ai eu énormément de mal)  que tout n'était que du flan et que c'était scénarisé d'avance. Je ne compte plus les exclamations d'incrédulité lorsque les catcheurs faisaient des prises incroyables et que les adversaires se relevaient (ou pas). Chéri a eu les oreilles rabattues de "Mais c'est pas possible!" " Punaise mais on y croit pas!" " Pourquoi il est pas assommé le type ???" et autres râleries. Au fur et à mesure, mon cerveau a enregistré qu'il y avait une grosse part de jeu d'acteur et de scénarios. J'ai arrêté de faire l'amalgamme avec les sports plus violents comme la boxe ou les combats d'arts martiaux. J'ai compris que c'était décidé d'avance, qu'il y avait des rivalités et des amitiés, et qu'aucun des coups n'était porté avec toute la force de l'attaquant (sinon ils seraient KO au bout de deux minutes). 

Une fois que j'ai intégré ce concept, tout est allé plus rapidement. A force de poser une tonne de questions, je me suis familiarisée avec l'univers de la WWE. Les noms comme La Wyatt Family, Big Show, John Cena, Seth Rollins, Stardust, les Lucha Dragons revenaient sans arrêt et mettre un visage sur un nom a été un peu laborieux un bon challenge. Chéri m'a tout expliqué de A à Z, et même quand je demandais pour la dix millième fois "C'est qui lui?" il me répondait toujours. J'ai commencé à suivre quelques matchs de manière plus sérieuse, plus régulière. 

Et maintenant ? Je suis toujours une quiche pour mettre certains noms sur des visages ( The Undertaker, Ryback, Randy Orton entre autre). Je me suis quand même améliorée sur certains points : je ne pose plus un milliard de questions, j'ai compris presque tous les concepts et au final, je suis vraiment très admirative de ces "mecs en slip". La dose de travail qu'ils fournissent est absolument incroyable. Qu'on aime ou qu'on n'aime pas, on ne peut pas passer à côté de la préparation de ces hommes. Leurs muscles ne sont pas en carton pâte, la préparation est extrêmement précise, milimétrée. C'est bourré de testostérone, de mecs presque tous livrés avec abdos, pectoraux, cuissaux, et tout ce qui se termine en "aux" ... ça ne m'a jamais fait rêver, mais je découvre le plaisir d'admirer les acrobaties, les prises, les retournements de situations, les crises (Quand Doplh Ziggler pique la copine de Rusev et que ce dernier se met avec Summer Ray pour se venger, cela donne des batailles épiques sur et autour du ring... Feux de l'amour, bonjour !). 

 

wwe-newsteaser (5)

 

Trois de mes favoris : Dean Ambrose (1er à gauche), Seth Rollins (au centre, premier plan) et Roman Reigns (à droite)

Le 2eme à gauche est Randy Horton (et je m'en moque ^^)

C'est un univers particulier, ça ne me donnerait pas envie de m'y mettre à fond mais cela fait une bonne passion à partager avec mon Chéri. Nous regardons les matchs, on commente, on frissonne, on cherche sur internet des infos, on fait des pronostics, on rage (souvent), on critique les catcheurs qu'on aime pas, on encourage nos préférés ... Plus qu'un sport de bourrin, ça nous permet de partager des moments de complicité forts, de savoir qu'au moins une fois nous allons pouvoir être tranquille dans le canapé sans penser à tous les tracas de la vie quotidienne, les cours à préparer, les dossiers à faire, les mails à envoyer ... C'est notre moment bulle, notre instant privilégié. 

 

wwe-newsteaser (1)

 

Mon super favori : Neville (à droite) ... il a un peu l'air d'un leprechaun irlandais, mais son surnom est "L'homme que la gravité a oublié". Je n'ai jamais vu un homme réaliser de telles cascades lors des prises de catch. Hallucinant. 

 

J'avais beaucoup de préjugés sur ce sport, parce que je ne m'y était jamais penchée. A présent, j'ai mes favoris (Dean Ambrose, Neville, Seth Rollins), je suis fan de la musique d'entrée de Bray Wyatt, je déteste Bo Dallas, Kevin Owens et les New Day, je suis fascinée par la carrure du Big Show, je suis agacée par certains retournements de situations, je rage devant la télé, je comprends les bases quand on me parle un peu de catch, je sais que triple H n'est pas une marque d'alcool, que Roman Reigns doit être un fantasme pour environ 90% de la gente féminine (je les comprends), j'arrive à tout suivre et à passer d'excellents moments de détente. (En revanche, je n'ai pas du tout accroché avec le catch féminin). Et j'en viens même à suivre quelques catcheurs sur les réseaux sociaux afin de voir les coulisses des préparations, leur ressenti, leurs entrainements. Je me lève aussi à une heure du matin avec Chéri pour voir les retransmissions en direct des gros évènements (qui se terminent à cinq heures du matin ... en général, je m'endors avant la fin quand même). 

Si je l'aurais su, j'laurais pas cru ! 

 

Un peu de présentation des visages, quand même :  

 

wwe-newsteaser (2)

 

Le mec à droite qui ressemble à Davy Jones en humain (cf les tentacules) est Sheamus et il m'affole à chaque fois : sa peau est d'une pâleur extrême, comme un fantôme. Il tranche énormément sur les autres qui sont tous plus ou moins adeptes de l'autobronzant. 

A gauche, le sourire colgate est Dolph Ziggler, le Don Juan de la bande. Ses combats avec Russev sont vraiment géniaux à regarder.

*

 

wwe-newsteaser (3)

Ryback à gauche 

Bray Wyatt, à froite, fait partie de la bande de pouilleux, aka la famille Wyatt (jean baggy, look fermier du fin fond du Kansas avec les marcels crades, les cheveux gras et les barbes fournies). C'eest un de ceux qui je n'apprécie pas mais qui a une entrée et une musique géniales (cf plus bas dans l'article). 

*

 

wwe-newsteaser (4)

Rusev (à droite), que je ne supporte pas. Signe particulier : s'est fait faucher sa copine par le blondinet Dolph Ziggler

John Cena, à gauche, est un des favoris du public (mais pas un des miens)

 

 

L'entrée de Bray Wyatt, un catcheur qui a un personnage très détestable (et qui joue admirablement bien). Je ne l'aime pas du tout, mais ma chanson d'entrée me file des frissons, tout comme la salle illuminée par des centaines de portables. Sa façon d'entrer avec la lampe à pétrole met tout de suite dans l'ambiance. 

Bray Wyatt Entrance WWE SummerSlam 2014

(j'ai essayé de trouver la vidéo sans commentaire mais impossible)

Ici, vous trouverez la chanson qui l'accompagne, un gros coup de coeur : Live in Fear