couv17601897

 

Titre: La fille du faiseur de Rois 

Auteur : Philippa Gregory  

Editions: Hugo Romans 

Prix : 19,95 € 

Nombres de pages : 471 pages 

Résumé

Angleterre, 1465, les grandes familles de Lancastre et York se disputent depuis plus de 10 ans le trône. À cette époque un homme œuvre dans l'ombre pour faire et défaire les dynasties, au gré de ses intérêts personnels : Richard Neville, comte de Warwick, surnommé le " faiseur de rois". Celui- ci, sans héritier homme, s'est servi de ses deux filles, Isabelle et Anne, comme des pions sur l'échiquier politique. L'histoire est racontée ici par Anne Neville. (NB: je ne mets pas le reste du résumé car il spoile absolument tout le livre ... si vous voulez un peu de suspens, ne lisez pas la quatrième de couverture ! ) 

 

Impressions

Philippa Gregory est l'une de mes romancières préférées. Je l'ai découverte avec l'excellent "Deux soeurs pour un roi" et "L'héritage Boleyn", deux coups de coeur que je relis régulièrement. Pourtant, ses livres étant très peu publiés en poche, et un laps de temps très long se passant entre deux publications en VF, j'essaye de savourer au maximum ma lecture, comme un vin rare et cher ou un très bon chocolat. 

Le domaine de prédilection de ce livre est la cour d'Angleterre au temps de la guerre des Deux Roses. Pour un rapide rappel, elle oppose Lancaster et York pour la succession du trône. Une période troublée, donc, où les deux familles rivales s'affrontent, complotent, s'assassinent, se massacrent, même, se trahissent ... un vrai feuilleton que nous transmet Philippa Gregory dans une plume absolument addictive. 

Dans ce livre, le personnage mis en lumière est Anne Neville, la fille de Richard Neville, qui fut le tuteur des enfants royaux (futurs rois Edouard IV et Richard III). D'un naturel assez bavard et enjoué, Anne est une jeune fille impressionnable, pour ne pas dire naïve. C'est un personnage assez effacé, qui n'a pas vraiment l'étoffe d'une battante, et par ce fait elle entre parfaitement dans les critères de narration de Philippa Gregory (l'auteur a un préférence pour les femmes observatrices et non fougueuses). Anne observe, donc, rêve, mais se retoruve plongée très vite malgré elle dans les complots de la cour, à commencer par son père, Richard Neville, comte de Warwick, qui est le champion des retourneurs de veste (il convient parfaitement à la chanson de Jacques Dutronc).

Ballotée à droite et à gauche, elle rencontre des personnages hautement célèbres pour les Anglais, comme Elisabeth Woodville, épouse d'Edouard IV et peu aimée des protagonistes, Richard III, entré dans les annales grâce à Shakespeare, mais aussi Georges, le frère des deux précédents qui aura un destin un peu atypique ... 

Dans ce livre, une multitude de personnages, mais au final, la plume de l'auteur est si fluide qu'on ne s'y perd pas (et je parle en tant qu'ignorante complète de cette partie de l'histoire d'Angleterre). Anne est parfois agaçante, mais sa vision est intéressante car bien que subjective, elle se focalise sur des points de vue nouveau. On a tous retenu que Richard III était un roi qui a fait assassiner ses neveux dans la Tour de Londres et qui est mort en lâche sur le champ de bataille. Dans ce livre, il nous apparaît sous un tout autre jour, un homme pris entre deux frères ennemis, essayant de rester loyal tout en mettant le holà lorsqu'il y a des excès, pour au final se retrouver bien des fois dans la mouise. Edouard IV apparaît comme un roi totalement soumis, Elisabeth Woodville comme une sorcière tyrannique et impitoyable, Georges comme un bêta sournois, Isabelle comme une manipulatrice ... inutile de dire que tout ce beau monde mis ensemble fait des étincelles ! Pour ceux qui aiment les retournements de situation et les embrouilles familiales, ils seront servis ! 

Bien entendu, ce roman reste à sa place en livrant un point de vue totalement subjectif, des personnages sans doute un peu théâtralisés (je ne peux pas vous dire, je n'étais pas là à cette époque) et deux-trois longueurs par-ci par là ... mais je peux vous dire une chose, Philippa Gregory ferait aimer l'histoire de l'Angleterre à un ficus. 

 

 

coeur8

 

Coup de coeur