couv48025328

Résumé

L'Ancolie est une fleur aussi belle que toxique. Belle, à l'image de certains souvenirs. Toxique, à l'image de certains regrets. L'Ancolie, c'est aussi le nom d'un chalet perdu en pleine montagne. C'est là que vit Vincent, un homme seul et meurtri. Rejetant son passé et redoutant son avenir, il préfère vivre dans le présent. Une existence éprise de liberté qu'il consacre entièrement à sa passion pour la montagne et à son métier de guide. Jusqu'au jour où la mort frappe tout près de lui, l'obligeant à sortir de sa tanière. Aux yeux de tous, un tragique accident, une chute mortelle. Seul Vincent est persuadé qu'il s'agit d'un meurtre, que ce n'est pas la montagne qui a tué, et que les vrais coupables doivent payer. Alors, aidé par Servane, une jeune recrue de la gendarmerie avec laquelle il a noué une étrange relation, il se lance dans une quête de vérité. Une quête qui va le conduire sur d'effroyables sentiers, le confronter à ses propres démons. Une quête qui va déterrer un à un des secrets profondément enfouis au coeur de cette paisible vallée, et qui auraient dû le rester à jamais. Car si le mensonge blesse, la vérité peut être fatale...

 

 

coeur

 

Impressions

2015 me promet de très belles surprises. Imaginez que vous rentrez dans votre librairie préférée, et que vous décidez de flâner dans les rayons. Vous prenez un livre qui a une couverture sympa, un résumé pas trop mal qui condense ce que vous aimez : intrigue en montagne, duo d'enquêteurs, mystère et boule de gomme ... un auteur que vous n'avez jamais lu, dont le nom vous dit juste quelque chose parce que vous avez vu son dernier roman sur les tables et dont le résumé ne vous a pas plus attiré que ça. 

Vous rentrez chez vous, au chaud, et vous commencez à le lire, plus par curiosité que par passion ...  Et là ... VOUS VOUS PRENEZ UNE CLAQUE MONUMENTALE !

Oui, une claque. Une baffe. Un pain. Tout ce que vous voulez comme synonyme. Parce que punaise, je suis ressortie de ma lecture totalement chamboulée. Comme si je m'étais pris un mur. La preuve, ça fait deux jours que j'ai terminé ce livre et j'y pense encore. 

Il faut dire que j'aime les intrigues de montagne. Chose un peu rigolote quand on sait que j'habite à côté de la mer, à environ 9 ou 10h de la montagne la plus proche. J'ignore pourquoi, mais la neige, le froid, la majesté de la montagne, les difficultés du terrain, tout ça me fascine. J'aime imaginer les scènes, emmitouflée dans mon plaid bien chaud, une tasse de thé à la main. Parfois, j'arrive même à sentir le froid ou à voir le paysage se dérouler devant mes yeux. Quand c'est bien écrit. Et dans ce roman ... c'est vraiment très bien écrit. 

Le seul petit bémol viendrait du début ... et franchement, c'est parce que je cherche la petite bête. L'intrigue est assez longue à se mettre en place, car l'auteur prend le temps de bien présenter les personnages, l'environnement dans lequel le lecteur va évoluer, les petits détails ... pour ma part, cela ne m'a pas gênée, car lorsqu'est (enfin) arrivé l'élément perturbateur, j'étais totalement dans le bain, transportée à des centaines de km de chez moi, arrivée dans un petit village de montagne qui sentait le meurtre et les lourds secrets à plein nez. 

Ce village, cette montagne, m'ont énormément charmé, car Karine Giebel a fait un superbe effort de description. Avec des mots simples, des tournures particulières, elle nous déroule un kaléidoscope de couleurs, de vallées, de panoramas, alors qu'au final, nous ne lisons que des mots. C'est un dépaysement très agréable, je voyais littéralement les scènes dans ma tête, tant le style est maîtrisé. Karine Giebel nous fait aimer la montagne, et j'ai eu envie de prendre un billet immédiatement le livre lu pour retrouver cette beauté. Outre le voyage en montagne, on rencontre Vincent, guide amoureux de la nature, et Servane, gendarme fraichement débarquée. 

L'alchimie entre ces deux là est extrêmement bien dosée. On ne tombe pas dans les minauderies, l'auteur évite les raccourcis ... au contraire, j'ai parfois cru qu'elle prenait un malin plaisir à jouer avec eux, à dévoiler à chaque page un peu plus de leur personnalité. J'ai tout simplement adoré ce duo, bien assorti, totalement attachant, addictif même. Vincent est un blessé de la vie, rien ne l'épargne. Servane n'est pas mieux, elle cache sous ses airs fonceurs des plaies douloureuses. J'ai été vraiment triste de les quitter à la fin du récit, tant ils ont rythmé le livre par leurs joutes orales, leur complicité, leur soif de vivre, leur impulsivité. 

Quant à l'enquête, elle est très bien ficelée et originale. Les indices sont distillés avec beaucoup de brio, et même si on connait assez vite le coupable, les raisons ne sont pas dévoilées avant la fin. Pour ma part, j'ai été scotchée bien des fois en lisant, je me suis retrouvée à me dire "Non, c'est pas possible!" tant je me suis laissée embarquer dans le récit. Je n'ai pas vu venir les retournements de situation, je me suis prise au jeu, j'ai vécu ce mystère aux côtés des protagonistes. J'ai tremblé de rage, j'ai souris, j'ai ris, j'ai pleuré même, j'ai été outrée, j'ai grogné, j'ai été choquée ... bref, je suis passée par tous les sentiments, par tous les visages, par toutes les couleurs. J'ai eu un coup de foudre pour ce livre, qui se hisse très haut dans ma liste des thrillers préférés. 

Vous l'aurez compris, c'est un superbe coup de coeur, pour bien commencer 2015. Je ne regrette absolument pas ce moment où je me suis dis "mouais, pourquoi pas". C'est une magnifique surprise, avec une fin qui m'a laissé sur les rotules, et je compte bien lire d'autres livres (à commencer par "Le purgatoire des innocents', qui au début ne me tentait absolument pas) pour retrouver cette si addictive plume de l'auteur. Un grand bravo à Karine Giebel pour ce livre de qualité.