couv31339232

Résumé

Tout n'est qu'illusion, surtout quand un jeu de miroirs multiplie les indices et brouille les pistes. Pourtant les meurtres qui troublent la quiétude de Giverny, le village cher à Claude Monet, sont bien réels. Au coeur de l'intrigue, trois femmes : une fillette de onze ans douée pour la peinture, une institutrice redoutablement séduisante et une vieille femme aux yeux de hibou qui voit tout et sait tout. Et puis, bien sûr, une passion dévastatrice. Le tout sur fond de rumeur de toiles perdues ou volées, dont les fameux Nymphéas noirs. Perdues ou volées, telles les illusions quand passé et présent se confondent et que jeunesse et mort défient le temps.

 

****************************************************************

Impressions

Seconde lecture de cet auteur, et j'en ressors un peu mitigée. Si Michel Bussi a su conquérir un public très large, j'ai peur de ne pas partager l'engouement général. Non pas parce que "c'est l'auteur phare du moment et moi je n'aime pas faire comme tout le monde", "j'aime bien contredire les gens" etc ... je trouve que l'auteur a des idées originales et que sa plume est vraiment agréable à lire. Ce sujet centré sur Monet et plus particulièrement les nymphéas m'a beaucoup plu, car c'est un sujet que je ne maîtrise absolument pas. J'ai aimé la manière de nous instruire, de nous faire toucher du doigt l'art dans ses formes les plus diverses, de mettre à la portée de tout un chacun ce qui fait notre patrimoine. Michel Bussi m'a fait aimer Monet, moi qui ne jure que par la nuit étoilée de Van Gogh. Le boulot de recherche, d'analyse est minutieux, le fond de l'intrigue brillament exploité le décor planté d'un charme absolu. Les personnages sont également attachants, car mystérieux et déployant une large palette de sentiments, de caractères. 

Là où le bât blesse se trouve dans la forme. Le début du roman est vraiment long, et j'ai eu du mal à accrocher. Des descriptions sympathiques, mais on saute de personnages en personnages, ce qui m'a fait perdre plus d'une fois le fil. Je me suis souvent demandé "alors, au final, on entre quand dans l'action?". Ensuite, la profusion de personnage est un atout, cependant chaque paragraphe (ou presque) est consacré au point de vue de l'un d'entre eux. Cela m'a empêché de partager les sentiments et de suivre leur évolution. A peine ma concentration se focalisait sur le commissaire, paf, on passe du point de vue de la vieille du village. On s'y habitue après quelques chapitres, mais ça m'a plombé mon début de lecture. Ensuite, le commissaire ne m'a absolument pas plu. Cette impression de chien en rut, qui n'a qu'une envie, se faire l'instit' (pardon pour l'expession) est vraiment pénible du début à la fin. On sent bien qu'il y a une tension dans l'air, que ça va jouer dans l'enquête, mais à ce point ... non, je n'ai pas du tout accroché à cette partie, car trop grossière dans les traits. 

Enfin, là où mon sentiment mitigé va en faire hurler plus d'un, c'est en ce qui concerne la fin. Elle est inattendue. Dans le genre "Oh mon Dieu ! Tout s'éclaire !". Elle est originale. Mais râleuse un jour, râleuse toujours, mince, je n'ai pas non plus trop accroché. Je m'explique. L'auteur a eu une idée de génie. Je salue son habileté à distiller justement tous ses détails au fil de l'intrigue ( SPOILER : c'est vrai qu'au final, la vieille ne dit jamais son nom) et à larguer une bombe l'espace de trente pages. Mais (parce qu'il y a un mais), je qualifierais cette fin de retournement de situation trop facile. Non pas que l'autueur a bâclé le travail. Juste que .... en fait, je me suis sentie un peu trahie. On m'a mené en bâteau. Et au final, ça m'a embrouillé l'histoire au lieu de l'éclairer. J'ai refait le fil dans ma tête en me disant "ah oui, c'est vrai" et après "ouais, mais en même temps, c'est un peu facile de faire ça"

[SPOILER : les récits mêlant trop souvent le passé et le présent me font fuir. Pas d'exception à la règle dans cet opus. J'ai eu l'impression que l'auteur a raconté sa petite histoire et au final, juste pour épater le monde, il a fait un final explosif du genre "ah je vous ai bien eu, en fait la vieille était la petite, bidule était machin etc ...". Le tout m'a vraiment totalement embrouillé et laissé une très mauvaise impression : expliquer par une facilité plein de détails et de questions qu'on se pose. ]

Non, franchement, j'ai un peu de mal à expliquer car cela relève du sentiment, de l'affect, mais je n'ai pas du tout aimé. Nonobstant ce détail, je souligne quand même la qualité du texte et des révélations. 

 

Je ne fais donc pas partie de ceux qui vont se ruer sur le prochain livre de l'auteur. Pour être honnête, les résumés des autres ne me tentent pas. Ce qui n'enlève en rien leur qualité, je pense. Je vous invite à naviguer sur d'autres blogs pour qui ce livre a été un très gros coup de coeur, je pense qu'ils vous donneront plus envie de le lire que moi ^^